Quelle est la base de la photographie?

La lumière est la base de la photographie!
Sans lumière, pas de photo (ni quoi que ce soit d’ailleurs).

Des souliers comme base de la photographie

 

Pour vous expliquer simplement, lorsque vous appuyez sur le déclencheur d’un DSLR, le miroir se lève et le rideau s’écarte pour laisser passer la lumière.
La lumière traverse la lentille pour venir s’imprimer sur le capteur de l’appareil, et une photo est ainsi conçue.
C’est la base de la photographie

Il y a trois options dans un appareil photo qui vous donnent le contrôle sur la lumière qui sera capturée.
Ces trois options sont ; (A) la vitesse d’obturation, (B) l’ouverture et (C) l’ISO.
J’appelle ces trois options le triangle de l’exposition.
Il est crucial que vous compreniez le rôle et l’influence de ces trois variables.
Chaque variable influence l’exposition. Si une variable est modifiée, une autre variable devra également être modifiée.
Allons-y une à la fois pour comprendre la base de la photographie.

 

La vitesse est une base de la photographie

(A) La vitesse d’obturation

Définition : La vitesse d’obturation est la durée pendant laquelle le capteur est exposé à la lumière.

Contrôler la vitesse d’obturation

La vitesse peut être pleinement contrôlée de deux façons.

1) Par le mode S (speed) sur la roulette des modes. Il s’agit d’un mode semi-automatique. Vous décidez de la vitesse et l’appareil décide du reste.

2) Par le mode M. Il s’agit du mode manuel. Ce mode vous donne la possibilité de décider de tout.

Avec un DSLR : vous avez à votre disposition deux roulettes spécialement conçu à cet usage.
Normalement, la vitesse est contrôlé par la roulette arrière.

Sur un point and shoot : vous devrez utiliser le sélecteur arrière. (Vous devriez facilement trouver les manipulations à faire dans le manuel de votre appareil, la manière peut varier d’un appareil à l’autre.)

Comprendre la vitesse

La vitesse se lit en secondes et en fraction.
Une vitesse de 1/250 signifie un deux cent cinquantième de secondes, c’est le temps pendant lequel le capteur compilera la lumière.
Normalement, un appareil vous permettra de choisir une vitesse entre 1/4000 de secondes et 30 secondes.
Plus l’obturateur reste ouvert longtemps, plus il y aura de lumière qui s’imprimera sur le capteur (Logique, non?).
Mais, plus longue est la capture de la lumière, plus grand est le risque d’obtenir des flous de bougé.

Même si les flous de bougé sont parfois souhaités,  ils sont généralement à éviter. Dans un cas comme dans l’autre, ils doivent être contrôlés.
Je vais vous donner une règle toute simple pour éviter les flous de bougé. Bien sûr, si vous roulez à 200 km/h ou si vous tournez sur vous-même comme une toupie, cette règle ne vaudra rien. Elle s’applique dans le cas où vous avez appris un autre point de la base de la photographie, c’est à dire de stabiliser votre appareil. Vous devez aussi savoir ce qu’est la focale et comprendre la différence entre un plein format et un aps-c.

Voici la règle :

Utilisez une vitesse d’obturation égale ou plus rapide que la focale utilisée.
Cette règle vous évitera les flous que vous-même auriez pu causer par le tremblement de votre corps.
Par exemple, si vous utilisez une focale de 70mm, vous pouvez utilisez une vitesse entre 1/70 de secondes et 1/4000 de secondes, mais pas en bas de 1/70 de secondes.

Maintenant si vous voulez être créatifs, amusez-vous avec cette variable.
  • Capturer une automobile qui passe dans la rue avec une vitesse plus lente créera un arrière plan ligné. La difficulté est de bien suivre l’automobile afin qu’elle soit claire.
  • Prendre la photo de gens qui dansent avec une vitesse lente peut aussi être créatif. L’important est d’éviter de bouger afin que l’arrière plan soit clair. Je vous conseil d’utiliser un trépied dans ce cas.
  • Une autre possibilité est d’effectuer un zoom pendant la capture. Le filé se dessinera dans la circonférence de la photo. Pour que la photo soit intéressante, il faut que les lignes dirigent le regard vers le sujet principal.

À vous d’expérimenter.

 (B) L’ouverture

Définition : De petites lamelles à l’intérieur de l’appareil s’ouvrent ou se ferment pour contrôler l’entrée de lumière dans la chambre du capteur, influençant à la fois l’exposition et la profondeur de champs.

Contrôler l’ouverture

Comme pour la vitesse, l’ouverture peut être pleinement contrôlée de deux façon. Sur la roulette de modes il s’agit de la lettre A (aperture). Le mode semi-automatique vous permettra de choisir l’ouverture et l’appareil ajustera le reste pour vous donner une bonne exposition. Sur le mode M, vous devrez aussi décider de la vitesse. Normalement c’est la roulette du devant qui contrôle l’ouverture.

Comprendre l’ouverture

Les éléments qui influencent l’ouverture se trouvent en fait dans la lentille.
Ce sont de petites lamelles qui s’ouvrent ou se ferment pour contrôler l’entrée de lumière dans la chambre du capteur, un peu comme l’iris de l’oeil.

L’ouverture se lit en f/stop.
Plus le chiffre est petit, plus l’ouverture est grande (l’iris ouvert) et plus il y aura de lumière qui passera par la lentille.
Inversement, plus le chiffre est grand, plus l’ouverture est petite ce qui permettra à moins de lumière de passer.
Une lentille de bas de gamme ne vas habituellement pas en deçà de f/3.5 tandis qu’une lentille professionnelle ira jusqu’à f/2.8 voire même f/1.8.
Toutes les lentilles peuvent se fermer jusqu’à f/22, soit-dis en passant.

En plus d’influencer l’exposition, l’ouverture contrôle aussi la profondeur de champs.
L’effet qu’une profondeur de champs réduite produit est aussi appelé Bokeh (prononcé Boké ou beau quai ou en language sms, bo k). La profondeur de champs c’est la zone de l’espace dans laquelle doit se trouver le sujet à photographier pour que l’on puisse en obtenir une image que l’oeil (ou un autre système optique) acceptera comme nette (Wikipédia).

Voici un exemple frappant de la deuxième base de la photographie, la profondeur de champs :

. . . . . . . . . La base de la photographie Alphonse Bokeh nonLa base de la photographie Alphonse Bokeh oui

En passant, bienvenue chez nous. Il s’agit de notre bureau. Zen et bien rangé, comme vous pouvez le constater. J’en profite pour vous présenter Alphonse, mon sujet d’expérimentation.

Donc, la première image a été prise à f/22. On peut voir que l’image ne commence à perdre de la netteté qu’à partir du dossier de la chaise.
La deuxième à été prise à f/2.8. On peut voir que la netteté ne s’étend pas très loin, ni derrière, ni devant.

Le Bokeh, en plus d’ajouter une touche très artistique, peut aussi servir à dissimuler un arrière-plan d’aucun intérêt ou distrayant pour rediriger toute l’attention vers le sujet principal.

(C) L’ISO

Définition : L’ISO c’est la sensibilité du capteur.

Contrôler l’ISO

Vous pouvez changer l’ISO par les menus de votre appareil ou, si vous avez cette option, en maintenant enfoncé le bouton « iso » situé à l’arrière de votre appareil et en tournant la roulette arrière.
Notez que, la capacité d’ISO variera grandement d’un appareil à l’autre.
Les « point and shoot » auront une plage de 100 à 3200, tandis que les appareils haut de gamme en auront une de 50 à 200 000 pour les plus performants.

Comprendre l’ISO

Plus l’ISO est élevé, plus le capteur sera sensible à la lumière. La lumière s’imprimera plus rapidement sur le capteur.
Mais attention, plus l’ISO est élevé, plus l’image contiendra du bruit.
Notez bien qu’un capteur de meilleur qualité pourra supporter de plus haut ISO avant de produire du bruit.

Revoici Alphonse pour nous donner un exemple de ce que donne le bruit d’une exposition avec un ISO élevé : (cliquez pour agrandir)

. . . . . . . . La base de la photographie Alphonse-ISO-nonLa base de la photographie Alphonse-ISO-oui

 

L’image de gauche à été prise avec un ISO de 50. Elle est douce et nette.

L’image de droite à été prise avec un ISO de 25 600. Le grain est clairement visible et distrayant.
Normalement vous pouvez jouer jusqu’à 800 ISO avec un grain très acceptable.
À vous d’expérimenter et de trouver la limite tolérable d’ISO de votre appareil.

Pour conclure, la base de la photographie est simple.

D’abord, avant de prendre votre photo, posez vous la question :
« Quelle variable est la plus importante pour la photo que je veux prendre? »
N’oubliez pas la règle de la focale.
Puis, réglez les deux autres variables pour obtenir une bonne exposition.

La base de la photographie c’est de pourchasser la lumière!

Pour d’autres conseils, visitez ma section école!
Si vous aimez mes articles, suivez-moi aussi sur Facebook!———————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *