Photographe à Trois-RivièresJérémie Perron, photographe à Trois-Rivières, enchanté!

Batiscanais et photographe à Trois-Rivières depuis le mois de décembre 2013.
Papa depuis le 12 août 2014 d’un petit garçon totalement génial qui se nomme Damien et de ma petite princesse Dominique depuis le 19 août 2017.
Marié à ma douce épouse, Rachelle, depuis le 17 juillet 2010 (elle n’a même pas eu à me rappeler la date!)
Photographe à Trois-Rivières depuis 2013, mais photographe professionnel depuis 2010.
Autodidacte et passionné dans tous ce que je fais.
J’ai appris la photographie par moi-même avec l’aide précieuse d’un de mes meilleur ami… Google.
Je n’ai pas fais mes premières erreurs à l’école… et je dis merci à mes premiers clients qui ont été mes sujets expérimentaux.
Disons que mes tarifs étaient proportionnels au produit dans ce temps et mes clients d’alors ne l’ont pas regretté.

Ceci dit!

De fil en aiguille, ou plutôt de film en lentille, je me suis hissé à un niveau plus respectable.
Vous n’avez pas idée de tout ce qu’un photographe professionnel doit apprendre de nos jours, entre autre de ne pas assommer les gens avec ça. C’est à dire, avec le jargon incompréhensible de la technique photo.

Donc, après des milliers d’heures d’apprentissage, de dollars dépensés en équipement et d’erreurs (et oui, j’en ai fait mon lot), me voici.

Je suis photographe à Trois-Rivières et j’apprécie particulièrement le type de photo dite de reportage.
J’aime raconter l’histoire par mes images.
Bien sûr, les mises en scènes font aussi parti de mes plans et je ne manque pas l’occasion de créer un moment cocasse si j’en ai la chance, ce qui fait de moi un photographe de style illustratif.
Le strobisme fait aussi parti de mes techniques (pas strabisme, strobisme, si j’avais le strabisme je suis pas sûr de ce que j’obtiendrais comme photo.)
Pour faire court, le strobisme est l’art d’utiliser des flashs portatifs un peu partout.
Photo de cortège style strobiste par Jérémie Perron photographe à Trois-Rivières.

 

Ça donne des photos comme ça——>

 

J’ai suivi l’enseignement de plusieurs maître en ajustement de l’image. Aaron Nace de Phlearn est mon plus grand modèle. Non seulement il a un talent pas possible, il a aussi une personnalité à laquelle on s’attache inévitablement.

Quant à mes influences en terme de photographie.

Mon épouse est celle qui a mis un DSLR entre mes mains pour la première fois.

Marie-Michelle Normand, la photographe de notre mariage, m’a donné le goût d’en faire carrière.

Ensuite, j’ai découvert les studios Chrisman qui m’ont complètement fait exploser l’imagination. Ils ont été des modèles pour moi et le sont encore.

Mon apprentissage ne sera, toutefois, jamais fini.

La photographie est un sujet inépuisable et une passion intarissable autour de laquelle gravite un nombre incalculable de personnes.

Rencontrer de nouvelles personnes, faire de mon mieux pour les comprendre afin de communiquer qui ils sont par la photo, rencontrer des maîtres et tirer d’eux le savoir, prendre soin de débutants afin de leur faire sauver un temps précieux (la vie est tellement courte), des rires, de l’attitude, du stress (positif s’il-vous-plaît), la satisfaction du travail bien fait, une vie en images.
Je ne peux pas m’imaginer une autre carrière.

Pourquoi ais-je décidé de m’établir pour une carrière de photographe à Trois-Rivières plutôt qu’une grande ville comme Montréal ou Québec?

La question est bonne puisque je suis parti de Terrebonne pour m’établir finalement à Batiscan, un petit village de mille habitants situé près de Portneuf, entre Trois-Rivières et Québec.
À ceci je réponds: Il n’y a pas que la carrière dans la vie.
Oui, c’est plus difficile de faire carrière ici, mais pour moi et ma famille, le choix ne se discutait pas.
La vie en campagne est ce qu’il nous fallait, nous étions fait pour ça.
De plus, mon travail m’appelle à me déplacer. Peu importe où j’habiterai, je devrai voyager.
Que je sois photographe à Trois-Rivières, à Québec ou à Montréal, je suis en fin de compte un photographe tout court qui vous dit: J’irai où vous aurez besoin de moi!

Je suis un photographe professionnel!
Ce n’est pas mon travail, c’est qui je suis!

Vous vous demandez peut-être d’où vient Filisofik?
En voici une définition amusante!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *